dimanche 24 avril 2011

Le petit blues de la côte ouest

Le Petit Bleu de la Côte Ouest est un roman de Jean-Patrick Manchette (Gallimard, Série noire, 1975) adapté par Jacques Tardi aux Humanoïdes Associés en 2005.

Le récit porte sur la fuite en avant d'un jeune cadre dynamique, Georges Gerfaut, témoin involontaire d'un règlement de compte, qui se trouve poursuivi par deux tueurs est qui disparaît plusieurs mois dans la nature. Personnage déboussolé à l'image de la société française dans les premiers mois du premier choc pétrolier.

L'un des tueurs, Bastien est un lecteur de BD populaires. (Ayant lu le roman il y a plus d'une vingtaine d'années, je n'ai plus en mémoire le texte original.)

© Tardi/Les Humanoïdes Associés
Si on reconnaît bien l'un de nos illustrés préférés, en revanche, certains détails chiffonnent... Pour commencer, la couverture, qui semble s'inspirer de celle-là :

© Sémic/Marvel

L’œil sagace du lecteur aura pointé la date de l'ouvrage, 5 février 1980... Nous sommes donc dans la décennie suivante ! (Et après le 2e choc pétrolier, celui de 1979, consécutif à la guerre Iran-Irak, lorsque Sadam Hussein était NOTRE ami, et celui des Américains, mais je m'égare...) Par ailleurs, on reconnaît derrière Bastien les figures des héros et vilains du journal : Docteur Octopus, l'Homme-Sable, l'Araignée, Iron Man, Thor, Daredevil... Tous des personnages Marvel. Pas de trace de Captain Marvel dont les aventures étaient effectivement publiées par les éditions Lug dans Strange en 1975, l'année de parution du roman, alors que Thor (dont les aventures sont alors publiées chez Arédit) n'apparaissait que sporadiquement dans la revue. En outre, l'Homme-Sable porte une tenue qu'il adoptera dans le Strange 119 (5 novembre 1979), c'est à dire 5 ans après l'action du Petit Bleu...

Mais quand se déroule exactement l'action du Petit Bleu... ?

© Tardi/Les Humanoïdes Associés
Lorsque Gerfaut se retrouve errant dans la nature sauvage, il lui revient le souvenir d'un western qu'il a vu l'automne précédent (nous sommes le 2 juillet) mais dont il ne se rappelle pas le titre. Il s'agit de celui-ci :

© ...
Or, le film est sorti en 1971... 
Donc, nous serions en 1972 ?

"Le Petit Bleu... nous parlait... du temps d'alors, de la crise profonde d'un homme, reflet de celle du monde qui l'entourait..." nous dit la préface de François Guérif...
Or, en 1972, nous sommes en l'an 3 du septennat pompidolien et la crise ne se fait sentir qu'en 1973 avec le choc pétrolier. Certes, à partir de 1971, le dollar flotte, c'est la fin du système de Bretton-Woods et le début de l'instabilité des monnaies (le fameux "serpent monétaire"), et dès la fin des années 60, le plein-emploi est remis en cause - "sans qu'il y ait des raisons de s'alarmer" assurait alors un jeune secrétaire d’État plein d'avenir du nom de Jacques Chirac - mais les gens ne s'en rendent pas compte. Tandis que lorsqu'ils font la queue à la pompe pour payer leur essence trois à quatre fois plus cher, là, ils constatent que l'époque des Trente Glorieuses (© Jean Fourastié) est terminée.

Donc, l'action se déroule-t-elle en 1972 ? 
En 1975 (an 2 du septennat giscardien)
Ou en 1980 (moins 1 avant François Mitterrand) ?

La vérité est, qu'alors que tout le monde pense que Le Petit Bleu de la Côte Ouest est un de ces "romans noirs témoins de son temps" (dixit J.-P. Manchette), il s'agit en fait... d'une uchronie !

(Le Petit Bleu... a été adapté à l'écran sous le titre Trois hommes à abattre, avec Alain Delon dans le rôle de Michel (!) Gerfaut - un film dans lequel, d'ailleurs, L'Homme du Picardie se fait sauvagement plomber... Delon jouant un héros... de gauche ! Là, on est carrément dans le registre du fantastique.)