dimanche 22 novembre 2015

Le mélange, oui, l'amalgame, non.

Vendredi 13...


(Ils étaient déjà tarés au départ.) 

Ah, si Jason pouvait éclater quelques barbus...

État d'urgence.


 Je trouve paradoxal qu'on se félicite d'une prolongation de l’État d'urgence au nom de la défense des droits de l'Homme. Alors, oui, il y a une menace terroriste, mais de là à confier notre sécurité à des politiciens et leur faire une confiance aveugle...
Déjà, le petit Caudillo nous a fait passer une belle loi sur le renseignement afin de mieux nous surveiller alors, d'abord les terroristes, puis les suspects, et ensuite ? Les opposants politiques ? Les  syndicalistes ?
Je vais y réfléchir à deux fois avant de commander une couscoussière chez Amazon.

Union Nationale

Une planche de l'an dernier que j'ai remise au goût du jour : 
comment peut-on croire que les politiciens ne vont pas profiter de l'occasion pour nous entourlouper à nouveau ?
C'est plus fort qu'eux.