lundi 30 novembre 2015

Réforme, réforme

Et bientôt une seconde d'indétermination après avoir bousillé le collège.
Les politiques les plus ineptes du monde !


jeudi 26 novembre 2015

Pas de quoi pavoiser...


Le marketing de l'émotion.
Est-il besoin de pavoiser son logis de drapeaux tricolore pour rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre ?
Surtout à l'instigation d'un Président qu'on veut rassembleur ?
N'y a-t-il pas un parfum de récup' ?
Ceux qui appellent à communier n'ont-ils pas leur part de responsabilité dans le drame ? 
L'initiative doit venir d'en-bas, pas d'en haut.
Dans le cas contraire, j'ai du mal à adhérer.

Moi, je mettrai plutôt une cocarde.
Tricolore.
Comme celle des sans-culottes.

dimanche 22 novembre 2015

Le mélange, oui, l'amalgame, non.

Vendredi 13...


(Ils étaient déjà tarés au départ.) 

Ah, si Jason pouvait éclater quelques barbus...

État d'urgence.


 Je trouve paradoxal qu'on se félicite d'une prolongation de l’État d'urgence au nom de la défense des droits de l'Homme. Alors, oui, il y a une menace terroriste, mais de là à confier notre sécurité à des politiciens et leur faire une confiance aveugle...
Déjà, le petit Caudillo nous a fait passer une belle loi sur le renseignement afin de mieux nous surveiller alors, d'abord les terroristes, puis les suspects, et ensuite ? Les opposants politiques ? Les  syndicalistes ?
Je vais y réfléchir à deux fois avant de commander une couscoussière chez Amazon.

Union Nationale

Une planche de l'an dernier que j'ai remise au goût du jour : 
comment peut-on croire que les politiciens ne vont pas profiter de l'occasion pour nous entourlouper à nouveau ?
C'est plus fort qu'eux.


jeudi 19 novembre 2015

On vit une époque formidable...

C'est quoi la différence entre le mauvais Arabe et le bon Arabe ?


L'Etat d'urgence prorogé et bientôt des pouvoirs exceptionnels à l'exécutif ?
Ouille !

Donne des pouvoirs exceptionnels aux politicards et tu ne seras pas déçu du résultat !


Dieu merci, la presse était là !

(Un peu envahissante quand même.)


A quelque chose, malheur est bon (comme disait ma grand-mère)

(Il a déjà rappelé qu'il fallait poursuivre les économies budgétaires...)

On a besoin de quoi ? De secouristes ? De pompiers ? De policiers ?
Ou de traders ?

Guerre de civilisation

Les dessinateurs de Charlie l'auraient "bien cherché".
Et les victimes du 13 novembre, elles avaient fait quoi ?
C'est quoi le prétexte ?



Bon. Il a rien compris au film mais comme son imam lui a dit que c'était mauvais...

mercredi 18 novembre 2015

La parité islamique

Y a quand même des quiches qui se font sauter pour une religion qui les enferre.

lundi 16 novembre 2015

La guerre des cerveaux...

Forcément, quand on n'a fait que kalachnikov en première langue et qu'on ne rentre dans les musées que pour tout casser, on a des lacunes...

samedi 7 novembre 2015

jeudi 5 novembre 2015

Enquête graphique

Emprunté à la médiathèque de Romagnat et lu ce week-end.

Autopsie de la Ve République.


Le journaliste Benoit Collombat et le bédéaste Étienne Davodeau se plongent sur les "années de plomb" à la française. La France des années 70 reste encore marquée par la 2e guerre mondiale, la décolonisation et la Guerre Froide.


Étienne Davodeau, Benoît Collombat, Cher pays de notre enfance, Futuropolis, 2015

La Ve République naît pendant le Guerre d'Algérie. Pour asseoir l'autorité du nouveau régime, l'aile droite du gaullisme crée une police secrète, le Service d'Action Civique, initialement destinée a accomplir les basses besognes : la lutte contre le F.L.N. (indépendantiste) puis contre  l'O.A.S. (hostile à l'indépendance.) On y retrouve aussi bien d'anciens résistants que des truands (ce qui n'est pas incompatible.) Les autorités officielles ferment les yeux sur les agissement de cette milice qui ne se contente pas d'assurer le service d'ordre du parti gaulliste mais espionne et moucharde les militants de gauche, brise les grèves et couvre même des hold-up afin de financer le parti. L’organisation sera finalement dissoute après la tuerie d'Auriol, le massacre d'une famille entière dans le cadre d'un règlement de compte interne, en 1981, après l'alternance politique que le S.A.C. avait tout tenté pour éviter.

Nos enquêteurs rencontrent des témoins de cette période troublée et se penchent sur l'affaire du gang des Lyonnais, l'assassinat du juge Renaud ou le "suicide" du ministre du travail du gouvernement Barre, Robert Boulin.Trente ans après, il y a encore des cadavres dans les placards. Les témoins sont inquiétés. Les familles luttent pour obtenir la réouverture des dossiers judiciaires hâtivement classés par les magistrats alors que Jacques Foccart (figure de la "Françafrique") et Charles Pasqua (gaulliste historique) ont disparu avec leurs secrets.

C'est donc un récit sur la face cachée de ce pays qui, comme le soulignent nos auteurs, est aussi le "cher pays de notre enfance"...

© R. Goscinny, A. Uderzo / Dargaud

dimanche 1 novembre 2015

Message à caractère promotionnel

Pour info, le Non ? Si ! n° 15 vient de paraître.
Au sommaire, plein de bonnes choses :
Ecko et Cendre, récit de pirates aux tonalités lovecraftiennes mâtinée de Tales of the Black Frigther ;
A la fin de l'envoi, la suite des aventures apocryphes de Cyrano de Bergerac par Cédric et Kevin Henry et Sandro Salvino ;
Inga, aventures de fantasy à tonalité cuir par Anne-Sophie-Hopp et Sylvain Costa ;
la Vioc, série de strips vermeil par JIBI ;
Yin-Yin et Bao, shambara-Panda par Morad Dermel ;
Et Minuit moins six, hommage au Prisonnier et à Nick Fury par James Steranko, par votre serviteur.



On peut le commander là :  http://ouaisweb.com/boutiqueBD/6-nonsi

Sinon, petit rappel sur le dernier appel à texte de l'association Gandahar pour la sortie du numéro 6 de sa revue homonyme : le thème sera... le Prisonnier, la mythique série télévisionnaire de Patrick McGoohan. 

Voir ici : http://www.epopees.fictives.fr/#/345-le-prisonnier

Bonjour chez vous !