jeudi 24 décembre 2015

Bye bye 2015 !

2015 vit ses dernières heures et peu nombreux seront ceux qui ne diront pas que cette année a été merdique à de nombreux points de vue.
Décidément, Marty McFly a mal choisi l'année ou atterrir dans Retour vers le futur 2.
Donc bye bye 2015, on ne te regrettera pas même si on n'a aucune garantie que 2016 soit meilleure.

 Histoire de nous pourrir l'année jusqu'au bout,
l'ectoplasme présidentiel nous prépare un changement de constitution afin de doubler le Front National sur sa droite. Parti comme c'est, si, par malheur - et par leur faute -, la blonde arrive au pouvoir, elle n'aura même pas à se donner la peine de supprimer la démocratie. 
le scénario est tellement mauvais que c'est à se demander si ce n'est pas George Lucas qui l'a écrit.

samedi 19 décembre 2015

Bestiaire bestial.

Pour changer un peu, un petit bestiaire fantastique réalisé pour un projet BD en classe de seconde.

D'abord le brouillon...


Puis le produit définitif.
(Re-lettré)

dimanche 13 décembre 2015

C'est comme si Luke Skywalker s'alliait à Jabba the Hutt...




Soirée électorale.
Comme d'habitude, le bal des hypocrites : ceux qui ont gagné ont remporté une victoire éclatante, ceux qui ont perdu ont presque gagné, et auraient même gagné si les résultats n'étaient pas venus gâcher leur triomphe...
Pourtant, on ne plastronne pas tant que ça, tant on a mouillé le calecif dans l'entre-deux-tours en croyant que cette fois-ci, c'était la bonne - ou pas loin.
Mais on l'a échappé belle encore une fois...
Quoique... ça se rapproche.

Donc on est tous (encore) républicains.
Et pis, on-a-bien-entendu-le-message-des-électeurs
(mais on se garde bien de dire lequel)
Et on appelle à faire les "réformes nécessaires"
(qu'on se garde bien de détailler car elles consistent à demander aux AUTRES de faire ENCORE des sacrifices pour sauver le modèle français que les réformes sont justement en train de bousiller.)  

N'importe, demain, ils auront oublié leur trouille, faisant semblant d'avoir été désirés,
paradant avec l'impudeur des catins,
les cons sont incapables d'apprendre, c'est d'ailleurs pour ça qu'ils sont cons.
Ils auront retrouvé leur morgue...
En attendant de finir dedans. 

J'en profite pour passer un message personnel à qui se reconnaîtra.


Et je saisis l'occasion pour remercier toutes les personnes qui m'ont souhaité mon anniv' sur les réseaux sociaux et forums/fora, ça me fait tout chaud dans mon petit cœur.^^



jeudi 10 décembre 2015

Petit matin brun

Méfiez-vous des apparences...

Toute ressemblance avec les débuts d'un sketch de Luis Rego ne peut être que fortuite...
Ou pas fortuite.

jeudi 3 décembre 2015

Bleu comme l'Enfer

Lorsqu'un État est attaqué, le gouvernement peut déclencher l'état d'urgence. Une mesure exceptionnelle limitée dans le temps. Or, le gouvernement envisage de le prolonger jusqu'en février et de faire modifier la constitution pour l'étendre à six mois... Six mois ! Six mois à voir nos rues grouiller d'uniformes bleus au moindre soupçon d'alerte ?


 Le gouvernement vous souhaite un joyeux état d'urgence !

Une situation d'exception qui arrange déjà bien les organisateurs de la COP21 : manifestations publiques interdites...
En anglais, "cop" signifie "flic". A Paris aussi...

Militants "activistes" assignés à résidence...

Et qui d'autre ? Les militants politiques ? Les syndicalistes ? Les opposants ?

L'état d'urgence est et doit rester un état d'exception, le pérenniser revient à suspendre la vie démocratique pour une durée indéterminée (parce que le provisoire peut durer longtemps !)


"La démocratie, c'est cause toujours, la dictature, c'est ferme ta gueule."


Sans compter que ça faciliterait considérablement la vie d'une classe politique largement discréditée aux yeux de l'opinion. 55%, c'est le taux d'abstention évalué pour les régionales... Les électeurs tournent le dos aux partis traditionnels qui n'ont rien d'autre à proposer que l'habituel "barrage contre le Front National " : non seulement, il n'y a aucune remise en question de leur part mais,  par dessus le marché, ce sont eux qui placent ce parti au centre de la vie politique !
Avec l’état d'urgence, les gouvernants auront les mains libres pour faire passer toutes les saloperies qui auraient pu susciter une réaction de la rue en temps ordinaire !

Pour rappel, la dernière fois que l'état d'urgence a été en vigueur sur notre territoire, c'était pendant la Guerre d'Algérie... ça rend peut-être certains nostalgiques ?

Où y a de la gégène, y a pas de plaisir.