mardi 18 juillet 2017

Répands-toi !



Les commémorations des crimes contre l'humanité sont des occasions pour les gouvernants de se repentir  des horreurs commises au nom du pays... Soit !
Sauf que, voilà, dès le 11 juillet 1940, un certain Philippe Pétain, maréchal de son état, s'étant fait remettre les pleins pouvoirs par un parlement auquel il avait un peu forcé la main, dirigeait le pays.
Dès lors, il n'y avait plus de République mais un État français - et l’État, c'était lui - gouverné par des collabos qui devançaient les demandes des Allemands et servi par des fonctionnaires éduqués dans la mystique du devoir, dévoués au pouvoir légal.
Alors, dire que la France est responsable des crimes commis en son nom... Les dirigeants et leurs complices, assurément... Mais les autres, c'était aussi les Justes du Chambon-sur-Lignon, les résistants du Mont Mouchet, Monseigneur Saliège, l'archevêque de Toulouse, qui dans ses encycliques dénonçait la déportation des Juifs, et tous les gens ordinaires qui ont refusé d'obéir à un pouvoir corrompu...
Merci de ne pas mettre tout le monde dans le même sac et de ne pas diluer la responsabilité des vrais salauds dans l'ensemble du corps social.
C'est vrai, ç'aurait été mieux si les Justes avaient été plus nombreux...(*) mais si les politiques pouvaient arrêter d'instrumentaliser l'histoire, ce serait bien.

(*) D'ailleurs, si les Justes avaient été plus nombreux, ils auraient bel et bien mis la pâtée aux collabos...