dimanche 24 juin 2018

Fils de Kong


Fils de Kong.
Vu hier Son of Kong, film de Shoedsack et Cooper sorti la même année (1933) que leur chef d'œuvre, King Kong (la RKO voulait capitaliser sur le succès du premier.)
Le film prend la suite de King Kong, Karl Denham, le producteur, fuit New-York où il est poursuivi en raison des dégâts causés par sa vedette. En Extrême-Orient, il rencontre Hilda (Helen Mack), élément féminin du film, et Nils Helstrom, capitaine déchu qui lui avait vendu la carte indiquant l'emplacement de l'île de Kong. Il lui fait croire qu'un trésor s'y trouve. Denham repart pour l'île mais Helstrom pousse l'équipage à se mutiner et Denham, Hilda et deux de leurs compagnons sont débarqués de force sur l'île ainsi que le méchant Helstrom. "On ne s'est pas débarrassé d'un bon capitaine pour en prendre un mauvais" clament les mutins avant de le jeter à l'eau.

Sur l'île, Denham et ses compagnons doivent fuir les indigènes et les animaux préhistoriques, font la connaissance de Kong Jr, découvrent le trésor et se sauvent tandis que l'île sombre dans les flots parce que c'est la fin du film.

Suite au rabais de King Kong, SoK lui est inférieur en tout point : moins de rythme, moins de crédibilité, moins de héros, moins de violence, moins de FX : il faut passer plus de la moitié du film, le temps que l'intrigue se mette en place, avant l'apparition des premiers monstres. Kong Jr est une grosse peluche, on aperçoit un tricératops, Kong lutte contre un ours des cavernes puis un dinosaure quadrupède et un serpent de mer bouffe l'un des membres du groupe (devinez lequel.) C'est un film d'aventures familial avec un scénario cousu de fils blancs. A regarder par curiosité mais bien loin de l'atmosphère du film original.

#zaitchickblog